Accueil de Paul CODOS par la foule

Accueil de Paul CODOS par la foule

D’Iviers à Marignane

Le 7 juillet 1974, les Viérois se souviennent de l’enfant du pays. Au pied de sa maison natale, une stèle est érigée à sa mémoire. M. Quaneaux, maire à l’époque, entouré de personnalités et de Mme veuve Paul Codos, rappelle les exploits de ce pilote aventurier : “Paul Codos inaugure les voyages de nuit sur la ligne Paris-Londres. Chaque voyage est une lutte incessante contre les éléments. C’est chaque fois l’école quotidienne du courage, de l’endurance, de l’audace et de l’habileté. Ainsi, Paul Codos devient un de nos meilleur pilote de ligne (…) Puisse ce modeste monument le rappeler à tout jamais et témoigner notre reconnaissance au héros de l’épopée transatlantique”.

A Marignane où il passe les années de guerre, la municipalité décide, le 8 novembre 1976, qu’une place sera baptisée au nom de Paul Codos. Le 12 février 1977, l’inauguration officielle se déroulera en présence de nombreuses personnalités, d’anciens d’Air France, de la musique de la 4ième Région aérienne, des deux rescapés du “Ville-de-Saint-Pierre” Jean Dabry et Mari, de Mme Marie-Louise Codos, sa veuve. La presse s’en mêle et quel éloge !

Hirsonnais de cœur !

Rappelons que sur sa fiche à la mairie d’Hirson, Paul Codos est inscrit jusqu’en 1946, résidant à Hirson. A-t-il eu les mêmes honneurs qu’à Iviers et à Marignane ? Parallèle à la rue Devouge, au Plain, une allée en cul de sac est baptisée : Codos. Face au cimetière, proche du “Champ Roland”, à coté de celle de Guillaumet, natif de Bouy [Marne] une barre d’appartements des années 60 affichait également son nom. Les deux immeubles ont fait leur temps. Un nouveau quartier sortira prochainement de terre qui, selon la presse : “Revêtira un tout autre visage en retrouvant son ambiance d’antan.” Le souvenir de Paul Codos servira-t-il d’exemple et conservera-t-il sa place ? Depuis 1940, Jean Mermoz n’a-t-il pas la sienne, en haut de la rue Charles de Gaulle ?

Vos records ne sont pas à mettre à gloriole personnelle. Les titres, les distinctions, les mondanités, vous n’en aviez que faire. Vous préfériez, avec vos compagnons, braver la fatigue, le froid, le sommeil, les tempêtes. Les historiens vous ont oublié. Adieu, M. Codos, pionnier de l’aéronautique au service de la France qui, le 30 Janvier 1960, atteint d’un cancer, vous quittiez cette terre pour d’autres cieux. Vous n’êtes pas parvenu à tomber dans les flots. Ce qui n’est pas glorieux !

Par Jacky Billard et Jean-Marie Gérard.

Lien vers un site consacré à l’aviation: Aviafrance, un siècle d’aviation française, les avions, hydravions, planeurs, hélicoptères et autres engins volants fabriqués en France. www.aviafrance.com