On a souvent dit ou écrit que Jean RICHEPIN, dont une rue d’Ohis porte le nom, était né en Thiérache. Il semble cependant, comme en témoigne cet extrait du discours de réception de l’écrivain à l’Académie Française, prononcé le 18 février 1909 par le Directeur d’alors : Maurice BARRES, que ce fut lui même qui voulut être né en Thiérache.

Jean Richepin en 1881

Jean Richepin… Thiérachien de coeur

«…A vous en croire, vous descendriez d’un couple de Touraniens qui s’arrêtèrent, il y a deux siècles, en Thiérache, et quand vous voyez une caravane de têtes bistrées et crépues qui mènent un ours à la foire, vous baissez le front avec la mélancolie d’un noble déchu. Quel crédit les historiens doivent-ils accorder à votre touranisme ? Il nous rend compte de votre nature. Il exprime d’une façon saisissante un côté lumineux, bariolé et sonore votre génie, mais a-t-il une vérité objective ?Vous ne seriez pas le premier a avoir senti le besoin d’une biographie imaginaire…»

En réalité, Jean RICHEPIN est né le 4 Février 1849 à Médéa (Algérie). Et Maurice BARRES ajoute plus loin dans son discours, ces commentaires:

«Vous êtes le fils d’un officier. C’est au hasard de la vie de garnison que vous avez dû de naître en Algérie. Toute votre parenté paternelle et maternelle vivait sur la terre de Thiérache. Un de vos oncles ensemençait ses champs lui-même, disant que lui seul savait ce que chaque sillon pouvait rendre. Un autre, fermier des terres de l’abbaye de Reims, comptait dans ses étables deux cents boeufs et six cents moutons. Vous êtes bien un homme du terroir français. Quand vous disiez descendre des Romanichels établis en Thiérache, vous présentiez à votre manière ce que la critique s’accorde à reconnaître, qu’il y a du bohémien dans votre coeur.»

La jeunesse de Jean RICHEPIN est en effet une vie de bohème. Tout d’abord, il part de chez ses parents, alors fixés à Nancy, vers l’Italie. Il rencontre en Bourgogne une caravane de bohémiens avec qui il fera route vers l’Italie. C’est un marchand de Nancy qui le retrouve à Florence et qui le ramènera à Nancy. Il abandonne peu après la vie de bohème pour se fixer dans une maison :

«C’est ici que je bâtirai ma maison, que j’accrocherai à des murs solides les tapis d’Orient, les brillantes pacotilles, le butin de ma vie errante. C’est ici que je mettrai fin à l’éternelle banalité de cette tente roulée et déroulée chaque jour. C’est ici que je trouverai de la pierre.»

RICHEPIN adopte alors comme domicile à la fois sa Thiérache «natale» et les rivages de la Bretagne.

Portrait

Jean Richepin

“Tel littéraire est un orfèvre, tel autre un peintre, tel autre un musicien, tel autre un ébéniste ou un parfumeur. Il y a des écrivains qui sont des prêtres ; il y en a qui sont des filles. J’en sais qui sont des princes, et j’en sais beaucoup plus qui sont des épiciers. M. Jean Richepin est un écuyer du cirque, ou plutôt un beau saltimbanque – non pas un de ces pauvres merlifiches, hâves, décharnés, lamentables sous leurs paillons dédorés, les épaules étroites, les omoplates perçant sous le maillot de coton rosâtre étoilé de reprises, – mais un vrai roi de Bohême, le torse large, les lèvres rouges, la peau ambrée, les yeux de vieil or, les lourds cheveux noirs cerclés d’or, costumé d’or et de velours, fier, cambré, les biceps roulants, jonglant d’un air inspiré avec des poignards et des boules de métal ; poignards en fer blanc et boules creuses, mais qui luisent et qui sonnent.”

Jules LEMAITRE (de l’Académie Française), dans : Les contemporains, tome 3, Boivin et Cie, éditeurs