A l’époque de César, la Thiérache est située en Gaule Belgique et terre des Nerviens.

Ces solides gaillards avaient un roi qui gouvernait avec l’aide d’un conseil de nobles et de sénateurs. Ils possédaient des esclaves. Ils frappaient monnaie. D’après César c’était un peuple très religieux et très courageux.

” …les marchands n’avaient aucun accès auprès d’eux ; ils ne souffraient pas qu’on introduisit chez eux du vin ou quelque autre produit de luxe, estimant que cela amollissait leurs âmes et détendait les ressorts de leur courage… “
Extrait de la guerre des gaules par César. En 57 av. J.C.

César mène une éprouvante bataille, la bataille du Sabis (était-ce l’Escaut, la Sambre ou la Selle ?) contre 50000 Nerviens, 15000 Atrébates, 25000 Morins et 7000 Ménapiens. César est vainqueur mais il a été très impressionné par ces guerriers, il épargne donc les survivants et se porte garant de leur territoire.

Antiquité et Haut-Moyen-âge

De 50 à 27 av. J.C. les Nerviens, après avoir combattu plus d’une fois semblent vaincus. Ils gardent leur chef, Viros, et conservent le statut de cité libre exempte de l’impôt. Leur réserve d’or est alors épuisée. On notera une certaine fidélité des Nerviens à Rome notamment pendant la crise de 68/69. On a retrouvé la trace de Nerviens dans les légions romaines. On assiste à une “romanisation” des notables et de la noblesse indigène dès le 1er siècle.

Antiquité et Haut-Moyen-âgeDu 1er au III e siècle, pendant la “paix romaine” l’économie est prospère. Interviennent alors les invasions franques en 253/54 et 259/63 qui sont repoussées. En 275 Alamans et Francs attaquent et mettent Bavay à sac. La crise est grave, le pays est très instable, les habitants n’ont guère de confiance et la monnaie est dévaluée. C’est pourquoi de nombreux ” trésors monétaires ” seront enfouis et retrouvés dans la région de Bavay. On appelle trésor monétaire, un ensemble de monnaies enfouies au même moment de par la volonté de leur propriétaire. Bavay deviendra une place forte et Cambrai sera la nouvelle capitale. En 394 Théodose fait du christianisme la religion officielle de l’Empire. Cependant la diffusion est lente et très limitée dans notre région. Vers 430, Clodion (Chlodion), chef des Francs Saliens occupe Cambrai. Clovis (465-511), fils de Childéric, unifie le royaume franc. Il met en fuite la dernière armée romaine commandée par Syagrius en 486 à Soissons. Il éliminera ses adversaires : proches, chefs et autres rois.

Francs, Mérovingiens et Carolingiens

Mais les Francs n’ont pas la notion d’état, le royaume sera donc partagé entre ses quatre fils à la mort de Clovis en 511. Thierry 1er, fils de Clovis sera le roi d’Austrasie dont la capitale est Soissons, ce territoire englobe le nord-est de la France, une partie de la Belgique et l’ouest de l’Allemagne. Les nécropoles sont la principale source d’information sur l’occupation mérovingienne pendant les 6 e et 7 e siècles. ( nécropoles de Ferrière-la-Grande, Avesnelles etc.) On sait par les objets retrouvés que les Mérovingiens excellaient dans l’orfèvrerie. Cambrai devient une véritable ville entre le 6 e et le 8 e siècle grâce aux évêques Saint-Vaast et Saint-Géry. La christianisation du peuple est très lente. Des évangélisateurs arrivent et des moines s’installent prés des cours d’eau. Ces abbayes recevront la protection royale ainsi que celle des nobles Francs. Certains d’entre eux deviendront de saints personnages tels Walbert et Bertille parents de Sainte Adegonde et Sainte Waudru.

Antiquité et Haut-Moyen-âge751 Pépin le bref se fait couronner roi. 800 Charlemagne restaure l’empire en Occident. Les Carolingiens conservent et complètent l’armature des comtés mis en place par les Mérovingiens. A leur tête sont nommés des fonctionnaires issus de l’aristocratie. Les Carolingiens vont fortifier les liens avec le clergé. Les nombreuses abbayes de la région profiteront de ces largesses. Il y a dès lors une véritable volonté de christianiser les masses. Le temps des carolingiens voit la multiplication des documents administratifs. Nos contrées semblent avoir été assez riches, en tout cas suffisamment pour attirer les pillards Normands. Il y eut d’importants progrès au niveau de l’outillage avec l’utilisation du fer pour le matériel agricole, la charrue succède à l’araire, le cheval au bovin, etc. tout cela favorise la croissance agricole et l’essor des villes au cours du XI e . Lorsque l’Empire Carolingien est à l’agonie de nouveaux chefs se partagent le sol et le pouvoir ce qui est source de conflits, de plus le pays subit de nouvelles vagues d’envahisseurs normands. Le traité de Verdun, signé en 843 par Charles le chauve, roi de France, partage le pays. Lothaire, son frère, détient le nord de la Thiérache (Lotharingie) tandis que le sud reste attaché à la France. En 870 le nord et le sud sont à nouveau réunis après le traité de Mersen.

A visiter :
Le musée municipal de Laon
Le forum antique de Bavay