Au VIIè et VIIIè siècle, des moines Irlandais, conduits par Saint-Algis, successeur de Saint-Colomban, évangéliseront la Thiérache au prix de durs labeurs.

Après les invasions normandes et les guerres qui opposèrent les derniers Carolingiens à leurs vassaux devenus plus puissants qu’eux, la Thiérache connaîtra le retour de la barbarie. Au VIIè et VIIIè siècle, des moines Irlandais, conduits par Saint-Algis, successeur de Saint-Colomban, évangéliseront la Thiérache au prix de durs labeurs. C’est durant l’époque carolingienne que les moines construiront les premières abbayes et défricheront les forêts.

Les reliques de Saint Dodon reposent dans la chapelle du prieuré de Moustier en Fagne

Les reliques de Saint Dodon reposent dans la chapelle du prieuré de Moustier en Fagne

Du Xe au XIIe siècle, neuf abbayes verront le jour. La plupart des domaines s’étendent sur plus de 10 000 Ha, deux à trois cent personnes en moyenne y vivent, selon un modèle ressemblant aux anciennes exploitations agricoles gallo-romaines. Moulins, forges, fourneaux, pressoirs, se constituent peu à peu en villages. L’évangélisation de la Thiérache est étroitement liée au déboisement, la démographie à la maîtrise des ressources. Le XIIe siècle marque l’apogée des grands défrichements médiévaux. Ceux du XVIe et du XIXe siècle n’y apporteront pas de grandes modifications.

Saint Ursmer

Étymologiquement, le nom de Ursmer est lié à l’animal totémique celte l’ours. Ce n’est pas un hasard car Saint Ursmer est célèbre pour avoir parcouru forêts et clairières afin d’évangéliser les populations ” sauvages et païennes ” de la Thiérache On situe sa naissance le 27 juillet 644 au petit Floyon à Fontenelle.

Dans les bois près de Wallers il construit une chapelle consacrée à saint Michel qui sert parfois d’ermitage. Pour sa grande piété il est nommé à la tête du monastère de Lobbes ( près de Charleroi) et à la tête du prieuré de wallers (près de Trélon). Il devient ensuite évêque régionnaire de Thiérache A la mort de l’Abbé Landelin, en 686, il prend la direction des abbayes de Lobbes et d’Aulne. Vers 697 Ursmer nomme à la direction de l’abbaye de Wallers un jeune abbé qui deviendra un Saint homme très important du nom de Dodon. (Les reliques de Saint Dodon reposent dans la chapelle du prieuré de Moustier en Fagne). Saint Ursmer s’éteint à l’abbaye de Lobbes, à l’âge de 69 ans, après avoir mené une vie austère pleine de ferveur et riche en miracles. L’abbaye de Lobbes fut détruite et pillée à la fin du XVIII e par les français. Les reliques de Saint Ursmer sont conservées dans l’église d’Eppe-Sauvage construite en 1593.

Sainte Aldegonde

C’est à Coussolre que s’installèrent Walbert 1er, seigneur Franc et gouverneur des provinces de Sambre et Meuse et son épouse Bertille, fille du roi de Turinge. De cette union naquit deux filles: Aldegonde et Waudru. Parents et filles furent canonisées. Waudru fonda le monastère de Mons. Aldegonde fonda un monastère à Maubeuge. Jeune fille, Aldegonde voulait se consacrer à Dieu. Un prince Anglais du nom d’Eudon, avait d’autres vues pour elle, il la voulait pour femme. Refusant cette union, Aldegonde s’enfuit de la maison paternelle et se réfugie au bord de la Sambre, non loin de l’endroit où va s’ériger la ville de Maubeuge.

La vie d’un Saint s’accompagne de miracles, la vie de Sainte Aldegonde ne déroge pas à la règle. Poursuivie par son soupirant, Aldegonde, assoiffée, fait jaillir une source à ses pieds. Puis elle traverse la Sambre en marchant sur les eaux, soutenue par des Anges. Elle demanda de l’aide aux Saints Évêques Armand et Aubert qui se trouvaient à Hautmont. C’est alors que l’Esprit Saint apparut, sous la forme d’une colombe et déposa le voile des vierges, la consacrant ainsi à Dieu. Saint Aldegonde fonda un monastère qui devint très puissant. Il accueillait des filles de la noblesse et perdura jusqu’à la révolution, comme beaucoup de monastères, il sera détruit sous la terreur. Il se situait sur l’actuelle place Verte de Maubeuge, non loin, il reste les maisons des chanoinesses (XVIIe) restaurées.

“Malboden” (Maubeuge) se développa autour de cette abbaye dès le VIIe Siècle. La ville conserve le trésor de Sainte Aldegonde, Sainte patronne de la ville:

  • La chasuble: Remarquable, étoffe assez ancienne, peut-être du VIIe Siècle ou de l’époque des croisades XIe et XIIe Siècle. Sa forme est plutôt du XIVe Siècle.
  • La crosse: Un merveilleux ouvrage d’orfèvrerie, fabriqué par le frère Hugo d’Oignies vers 1320.
  • Le reliquaire: Très bel ouvrage datant de 1459, contenant le voile de Sainte Aldegonde.
  • Reliques de la Sainte.
  • Statues de Sainte Aldegonde du XVIe Siècle.